Histoire du Monde Hyborien

Pressez vous ! Entrez ! Installez vous, et laissez vous envoûter par nos chroniqueurs et historiens qui ont, durant de nombreuses décennies de travail,
tenter de retracer la lumière projetée sur cette époque oubliée des Hommes, ainsi que la part la plus sombre de notre histoire pré historique; de cataclysmes en guerres, de trahisons en massacres sauvages, découvrez à la lueur de la sagesse ce fragment d'Histoire humaine, depuis longtemps jetée dans les flots tumultueux de nos mémoires modernes ...

Lorsque Robert E. Howard commença la rédaction de ces aventures de Conan le Cimmerien, il y a de cela plus de cinquante ans,
il prépara une fiction d'un monde qu'il avait appelé l'Âge Hyborien.


Cette "histoire" retrace non seulement la période de vie de Conan, mais aussi les années qui suivirent, ainsi que les évènements de
8000 ans avant lui, sous la civilisation Thurienne, génitrice du RoI Kull; celui ci était un guerrier, exilé d'Atlantis à l'époque
où celle ci n'avait pas encore été engloutie par les eaux tumultueuses.

L'Age Pré-Cataclysmique (20,000 av.JC)

Nous en savons très peu de cette époque, nommée ainsi par les Chroniques Nemediennes, exceptée la fin, et celle ci reste voilée de légendaires brumes.

L'histoire connu débute avec le déclin de la civilisation du continent principal, le continent Thurien;
cette civilisation était menée par les royaumes de Ramelie, Valusie, Verulie, Grondar, Thulé et Commorie.


Ces peuples parlaient une langue commune, venue, probablement, d'une lointaine parenté; mais ils ne semblent pas s'entendre...
Les Barbares de l'époque étaient les Pictes; ces derniers habitaient des îles lointaines de l'Ocean de l'Ouest.
Il y avait ensuite les Atlantéens, qui demeurent sur un petit continent entre les îles Pictes et le continent Thurien.
Et pour finir, les Lemuriens, qui occupaient une chaîne de larges îles dans l'hémisphère Est.

De larges parties du monde demeuraient inexplorées, et les royaumes civilisés, bien qu'énormes, occupaient une portion relativement petite à l'échelle de la planète.

La Valusie était le royaume le plus à l'ouest du continent Thurien; sa capitale, la Cité des Merveilles, était le joyau de l'époque.

Venait ensuite Grondar, dont les habitants n'accordaient pas une aussi grande importance à la culture que chez ses voisins, était quant à lui le royaume le plus à l'est du continent.
parmi les fines bandes de terres les moins arides du désert de Grondar, dans les jungles infestées de serpents et parmi les montagnes coiffées de neiges, vivent des clans dispersés de tribus primitives et sauvages.

Sur les rives de l'Est du continent Thurien vivait une autre race ... humaine, certes, mais mystérieuse, et non-Thurienne, avec lesquelles les Lemuriens entraient parfois en contact.
Ils venaient, d'après les dires, d'un sombre et inconnu continent qui se tapissaient quelque part à l'Est des îles Lemuriennes.

Plus loin, vers le Sud, vivait une autre civilisation mystérieuse, ignorante de la civilisation Thurienne et apparemment de nature pré-humaine.

La civilisation Thurienne se fissurait, leurs armées était très largement composées de mercenaires barbares. Des Pictes,
des Atlantéens et des Lemuriens était leurs généraux, leurs hommes d'état et souvent, leurs rois.

Sur les chamailleries entre ces peuples et les guerres entre Valusie et Commorie, tout comme les conquêtes par lesquelles
les Atlantéens fondèrent un royaume sur le continent principal ... eh bien, il y a bien plus de légendes que d'Histoire précise.

C'est alors que frappa le cataclysme ...

L'Atlantide et la Lemurie furent pris sous les flots, les îles Pictes furent hissés et formèrent les pointes montagneuses d'un nouveau continent,
pendant que des parties entières du continent Thurien se volatilisèrent sous les vagues, ou, coulant, formèrent de vastes lacs et de grandes mer à l'intérieur du territoire.
Les volcans entraient en éruptions et de terribles tremblements de terres jetèrent à bas les magnifiques cités impériales.


Des nations entières se flètrirent; la face du monde était à jamais bouleversée...


Les Atlantéens, forcés à se battre continuellement pour leur survie, avait cependant réussi à maintenir les anciens vestiges de leur culture barbare avancée.
Alors, leur culture combative rentra en contact avec la puissante nation Pictes.
Les royaumes de l'âge de Pierre s'affrontèrent, et, dans une série de guerres sanglantes, les Atlantéens, en nombre inférieur, furent jetés dans la sauvagerie primitive, alors que l'évolution des Pictes s'arrêta ici.

500 ans après le Cataclysme, les royaumes Barbares avaient disparus.

Dans le lointain Sud, bien que n'ayant pas été touché par le cataclysme, nous ne savons pas grand chose tant la part de mystère est grande.
En revanche, des descendant de ces civilisation non-Thuriennes demeurent parmi les basses montagnes du Sud Est; ce sont les Zhemri.

Dans le grand Nord, un autre peuple entrait peu à peu en activité.
Une troupe de sauvages quasi-humains avaient fui pour éviter la destruction; ils trouvèrent des pays glacés habitées uniquement des
primates des neiges, qu'ils combattirent et mirent en déroute jusque dans le cercle arctique, où, pensèrent les sauvages, ils périrent.
Les humains primitifs se sont alors adaptés à leur rigoureux environnement, et ils réussirent à survivre.

Un autre cataclysme altéra un peu plus l'apparence du continent, et divisa l'Est et l'Ouest par une vaste mer intérieure.
Les tremblements de terre, les inondations et les volcans complétèrent la ruine des barbares, déjà entamée par les féroces guerres tribales.

Un millier d'années plus tard, des bandes nomades d'hommes-primates apparurent, sans langage, ni feu, ni outils.
Ils sont les descendant des jadis fiers Atlantéens...

Au Sud Ouest demeuraient, éparpillés, des clans d'hommes des cavernes, à peine doué de la parole, mais qui gardèrent néanmoins le nom de "Pictes".

Dans l'Est, les Lemuriens asservis s'était rebellés et avaient détruits leurs maîtres. C'est un peuple sauvage, rôdant à travers les ruines d'une étrange et antique civilisation.
Les survivantes de cette civilisation ont alors voyage plus à l'Ouest, renversant les pré-humains du sud, et fondèrent un nouveau royaume, appelé le Royaume de Stygie.

Dans le Nord, une tribu s'agrandit : Les Hyboriens, ou Hyboai.
Leur Dieu est Bori, jadis un grand et légendaire chef que son statut à peu porté au rang de déité.
1500 ans dans les royaumes enneigés leur avait donné une race vigoureuse et guerrière.
A présent, ceux ci voyagent souvent vers le Sud, en randonnées calmes.

A cette époque, un voyageur parcourant le Nord apporta la nouvelle que les désolations du grand Nord étaient habitées par des hommes-primates, descendants de ceux que les ancêtres hyboriens avaient repoussés. Afin d'exterminer ces créatures, une petite troupe de guerriers le suivirent par delà le Cercle Arctique.
Aucun ne revint ...

Pendant ce temps, les tribus Hyboriennes continuaient leurs périples vers le Sud, afin de faire de cette nouvelle ère une époque de conquête et de voyages.

Les Royaumes Hyboriens (14,000 - 10,000 av.JC)

1500 ans après le cataclysme mineur qui était à l'origine de la mer intérieure, des tribus entières d'Hyboriens avaient voyager, vers l'Ouest et le Sud, conquérant et abattant les petits clans non reconnus.
A cette période, les conquérants n'ont pas encore rencontré les plus vieilles races.
Au Sud Est, les descendants des Zhemris cherchent à faire revivre l'ombre de leur ancienne culture.
A l'Ouest, les Atlanteens ont commencé le long et sinueux cheminement vers l'humanité, à nouveau, pendant qu'à leur Sud, les Pictes demeurent sauvages, défiant les lois naturelles en ne régressant ou n'évoluant pas ...

Et loin, plus loin vers le Sud, le mystérieux royaume de Stygie.
Sur sa frontières Est, les "fils de Shem", des clans sauvages et nomades; les Pictes ont, eux, pour voisins, dans la petite vallée de Zingg, protégés par de grands sommets, une tribu de primitifs sans nom connu, qui ont créer un système d'agriculture et de vie avancé.

A cet époque, le premier royaume Hyborien était né : le royaume barbare d'Hyperborée, qui trouva son existence dans une forteresse d'éboulements, abri de fortune crée pour repousser une attaque tribale.
Il y a peu d'histoire plus dramatique que celle de l'évolution de ce fier royaume, dont le peuple est passé brutalement de la vie nomade à la vie sédentaire des pierres froides et nues, entourés de murs cyclopéens.

Toutes ces longues années ont vu, à l'Est, l'émergence des Lemuriens, qui évoluèrent en une semi civilisation de leur crû, construite sur la ruine d'une autre qu'ils renversèrent.
Les Hyboriens, quant à eux, avaient fonder le royaume de Koth, aux frontières des territoires Shems.
Les sauvages du territoire de Shem, par leurs contact avec les Hyboriens de Koth et les belliqueux Stygiens emergent lentement de la barbarie tribale.

Dans le lointain Nord, les premiers royaumes, à cet époque, sont renversés par une autre tribu, qui garde cependant le nom d'Hyperboreens.
Au Sud Est de l'Hyperborée, un royaume Zhemri à vu le jour, sous le nom de Zamora.
Au Sud Ouest, les envahisseurs Pictes se sont fondus avec les tribus agricoles sauvages de la Vallée de Zingg.
Cette mixité culture se voit envahit à nouveau par une tribu d'Hybori; par cette nouvelle composante culturelle, la région se soude et formera alors le royaume de Zingara.


500 ans après, les royaumes du monde sont clairement définis.
Les royaumes des Hyboriens - Aquilonie, Nemedie, Brythunie, Hyperborée,
Koth, Ophir, Argos, Corinthie et les Royaumes Frontaliers - dominent le monde de l'Ouest.
Le royaume Zamora se terre à l'Est, le Zingara au Sud Est de ces
derniers.

Les Stygiens, hors de portée des invasions tribales du continent, dans leurs terres lointaines du Sud, ont vu les Shem se séparer de la main mise Stygienne pour celle du royaume de Koth, moins vexante et blessante que l'influence Stygienne.
Ces Stygiens on été conduits au Sud de l'immense rivière Styx, aussi appelée Nilus ou Nile, qui se jète dans les eaux de l'Ocean de l'Ouest.

Au Nord de l'Aquilonie vivent les Cimmeriens, de féroces sauvages indomptables, ayant repoussés tout les envahisseurs.
Descendants des Atlantéens, ils progressent bien plus vite que leurs vieux ennemis les Pictes, qui demeurent dans les étendues sauvages de l'Ouest de l'Aquilonie.

Cinq siècles plus tard, les peuples Hybori sont les possesseurs d'une civilisation vigoureuse, dont le plus puissant royaume est l'Aquilonie, bien que les autres royaumes soient aussi source de force et de splendeurs.
Mais les Aquiloniens sont les plus grands de l'Ouest, incontestablement; dans le Nord, en revanche, les barbares aux cheveux d'or et aux yeux bleus ont repoussé les tribus Hyboriennes restantes hors de tout les pays neigeux et glacés, Hyperborée excepté.
Leur terre est appelée Nordheim, et ils sont divisés entre Vanir aux cheveux de feu et Aesir aux cheveux blonds.

Les Lemuriens entrent à nouveau dans l'Histoire, en tant qu'Hyrkaniens.
Se déplacant vers l'Ouest, une tribu établit le royaume de Turan sur la côté Sud Ouest de la mer intérieure, la mer Vilayet.
Plus tard, d'autres clans Kyrkaniens coloniseront l'Ouest, en passant autour l'extrémité Nord de la mer intérieure.

Jetons un oeil sur les peuples de cette époque.
Les Hyboriens, dominants, n'ont désormais plus pour trait ces cheveux couleur ambre aux yeux gris; ils se sont mélangés avec les autres races, ce qui ne les as d'ailleurs pas affaiblis, au contraire.
Les SHemites sont des hommes de grandeur moyenne aux nez aquilins, aux yeux sombres et aux barbes noires bleutées.

La classe dirigeante de Stygie est formée de grands hommes, mystérieux et fortement bâtis.

Les Hyrkaniens, quant à eux, sont sombres et généralement grands et minces; les Nordheim, eux, ont gardé leur peau très claire et leurs cheveux roux ou blonds.
Les Pictes sont alors comme ils ont toujours été : petits, très sombres, des yeux bruns et des cheveux noirs.
Les Cimmeriens sont grands et puissants, coiffés de cheveux sombres et des yeux d'une couleur bleutée ou grise.

Au Sud de la Stygie se trouvent les vastes royaumes noirs des Amazones, des Kushites, des Atlaiens ainsi que l'empire hybride du Zembabwei.

Entre l'Aquilonie et les étendues sauvages Pictes s'étendent les Marches Bossoniennes, où demeurent un peuple aborigène de descendance Hyborienne.
Ce sont des combattants nés et de grands archers, car ils ont du survivre durant des siècles aux guerres contre les barbares du Nord et de l'Ouest.

Cet âge était alors appelé "L'Age dont on aurait jamais rêvé", quand les royaumes brillants s'étendaient à travers le monde comme les fils bleus et brillants d'étoiles filantes.

Cet âge était alors l'Age de Conan ...



Le Début de la Fin ( 9.500 ap. JC )


500 Ans après l'ère du Roi Conan, les civilisation Hyboriennes furent balayés alors même que sa culture rayonnait.

L'avarice de l'Aquilonie, source indirecte de ce renversement, qui souhaitait étendre son empire, firent que ses Rois voulurent annexer le Zingara, Argos et Ophir ou encore les cités de l'Ouest, comme Shem.

Koth elle même, ainsi que Corinthie et les tribus Shemites de l'Est furent forcés de payer un tribut à l'Aquilonie et de l'aider dans ses conquêtes.

La Nemedie, qui avait, avec succès, résisté à l'Aquilonie pour des siècles, avait mené Brynthunie, Zamorie et, secrètement, Koth, dans une alliance contre les royaumes de l'Ouest.
Mais avant que leurs armées n'eurent rejoins la bataille, un nouvel ennemi apparut à l'Est.
Renforcée d'aventuriers Hyrkaniens, les chevaucheurs de Turan balayèrent la Zamorie et firent face aux Aquiloniens sur les plaines de Brythunie.

Les Turans furent vaincus, et ils furent repoussés vers l'Est; mais l'arrière de l'Alliance Nemedienne était rompue.
La défaite des Hyrkaniens montrèrent au monde le réel pouvoir de l'Aquilonie.
La Zamorie était reconquise, mais les habitants découvrirent bientôt qu'ils avaient troqués leurs maîtres de l'Est pour des maîtres de l'Ouest.

Des troupes aquiloniennes furent stationnées ici, afin de protéger le peuple, mais aussi, bien sûr, de les garder sous la soumission.

Dans le Nord, des chamailleries incessantes aux frontières Cimmeriennes opposa ce fier peuple à une partie de
leurs voisins, les Nordheim, les Bossoniens et les Pictes, éternellement puissants.
A plusieurs reprises les Cimmeriens s'introduisirent dans l'Aquilonie elle même, mais leurs guerres furent moins une réelle force d'invasions qu'escarmouches de pillards.

Cependant, et par un étrange concours de circonstances, c'est la puissance grandissante des Pictes de l'Ouest
qui était destiné à renverser le trône des Rois d'Aquilonie de leurs hauts sommets.

Durant cette époque, un prêtre Nemedien du nom d'Arus, déterminé à aller dans les étendues sauvages Pictes,
et leur enseigner les voies généreuses de Mitra.

Arus n'était pas impressionné par les récits de ce qui était arrivé aux voyageurs et commerçants avant lui.

Au fil des ans, les Pictes avaient bénéficier des contacts avec les civilisations Hyboriennes, mais ils avaient
toujours férocement résister à des contacts étroits.

Ils demeuraient en clans, qui étaient généralement inféodés les uns aux autres; leurs coutumes d'assoiffés de sang restaient
généralement inexplicables à un homme civilisé comme Arus de Nemedie.

Arus eut la chance de rencontrer un chef de tribu plus intelligent que la moyenne; Gorm était son nom.
Ce dernier donna à Arus le droit de rester parmi sa tribu sans heurts.

C'était un cas unique dans l'histoire des Pictes; les choses auraient été bien mieux pour la civilisation Hyborienne si Arus s'était fait empalé sur le champ.

Il avait appris le langage Picte, et Arus discuta longuement des droits et de la justice éternels qu'étaient les vérités de Mitra.
Etant un homme pragmatique, Arus appâta les sauvages par des visions
de profits matériels.

Il prit pour exemple les splendeurs de la civilisation Hyborienne comme preuve de la grandeur de Mitra.
Arus parla de riches cités et de plaines fertiles, de tours étincelantes et de légendaires armures.
Gorm, avec tout l'instinct d'un sauvage barbare, passa le discours théologique pour en arriver aux promesses de richesses.

Là, dans cette tente au sol maculé de boue, où ce prêtre en robe de soie prêchait ce chef à la peau sombre, assis,
enroulé dans ses peaux de tigres, se dessinèrent les fondations de l'Empire Picte.


Flammes et Massacres ( 9.500 ap. JC )

Arus, prêtre de Mitra, donna à Grom l'urgent désir de contempler les
terres civilisées.

A la requête de Gorm, Arus le conduit, avec quelques uns de ses guerriers, à travers les Marches Bossoniennes, où les
honnêtes villageois les regardèrent avec stupeur, eux, ainsi que dans la direction du monde extérieur, lumineux.

Bientôt, les Pictes circulèrent librement dans toute l'Aquilonie.
Arus pensait sans aucun doute convertir quelques Pictes aux valeurs de Mitra, par ci, par là, car les Pictes l'écoutaient, lui,
et ne montrait aucune hostilité.

Mais ce qu'ils voulaient réellement apprendre, et ce qu'ils ont appris, était la manière de travailler les minerais, et de tirer
de ce savoir les armes de leurs futures conquêtes...


Avec celles ci, Gorm débuta l'asservissement des autres clans Pictes.

Alors, seulement, les invasions Pictes débutèrent, de toute leur puissance sur ces frontières civilisées, menées par Gorm,
désormais devenu vieux sans pour autant avoir vu la flamme de sa féroce ambition s'éteindre.

Cette fois, il n'y avait aucun fourbe guerrier Bossonien en travers
du chemin, et ces sauvages idolateurs de sang fondèrent sur
l'Aquilonie, et mirent l'Empire Aquilonien à feu et à sang...

Ce dernier poursuivait, à ce moment, ses interminables guerres au Sud et à l'Est, et avait jusque là payé très peu
d'attention aux territoires vaguement connus de l'Ouest, desquelles de plus en plus de guerriers Pictes s'engageaient comme
mercenaires, et revinrent dans leurs contrées natales avec des bonnes idées de la guerre
moderne, qu'ils inclurent alors dans leur civilisation. Gorm devint chef parmi les chefs, position la plus proche
d'un Roi des Pictes, chose inconnue pour eux depuis des milliers d'années.

Il avait attendu longtemps, et était désormais à plus de la moitié
de sa vie.

Trop tard, Arus s'aperçut de son erreur; il avait uniquement touché l'avarice du païen, et non pas son âme.

En faisant un dernier effort afin de défaire son erreur fatale, il fut assassiné par un Picte ivre.
Gorm ne fut pas sans gratitude; il fit empaler la tête du coupable au sommet du tombeau de pierre du prêtre.

Les Pictes prirent d'assaut les Marches Bossoniennes, non plus avec des peaux de tigres et des armes rudimentaires
mais des armures de mailles et des armes en acier.

Mais les Marches réussirent, pendant des décennies, à repousser les envahisseurs, maintenant une paix précoce sur l'Aquilonie.

En cette période, l'Empire Aquilonien était fier, puissant et arrogant, ce qui les amena à traiter les autres peuples, même les Bossoniens, avec hauteur.
Argos, la Zingarie, Ophir, la Zamorie ainsi que les pays Shémites étaient traités comme des sujets, ce qui était plus que vexant pour les nobles rebelles Zingariens.

Koth, aussi, était pratiquement tributaire; d'abord, la Stygie, puis la Brythunie furent vaincues par les armées Aquiloniennes.
La puissante Nemedie, à l'Ouest, n'avait pas été touchée.


Ainsi, les armées Aquiloeniennes convergèrent vers leur voisin le plus direct.
Leurs rangs brillants, en revanche, étaient amplement remplis de
mercenaires, surtout les Bossoniens.

A cause de la guerre de l'Est, très peu d'hommes furent laissés dans les Marches, afin de garder leurs frontières.

Entendant les rapports d'activités Pictes dans les Marches, des régiments entiers de Bossoniens désertèrent
la Némédie et se rendirent en leur terre, où ils défirent les Pictes en une seule et mémorable bataille ...

Cette desertion, en revanche, était la cause de la défaite Aquiloniennes face aux Nemediens désespérés, ce qui amena la fureur impériale sur les Bossoniens.

Les régiments Aquiloniens se déplacèrent aux frontières des Marches et les chefs Bossoniens appâtes dans leurs campements, où ils furent
lâchement assassinés; les armées aquiloniennes se mirent en marche sur les Bossoniens, qui ne se doutaient de rien.

Quand ils en repartirent, cette terre n'était plus qu'une lande
désolée, couverte de sang ...


L'invasion Pictes racontée plus haut intervint à ce moment, et la ruine fut jetée sur l'Aquilonie, complétée par les Cimmeriens qui à leur tour attaquèrent le royaume.

La Zingarie profita, elle aussi de cette opportunité pour se débarrasser de l'influence aquilonienne, suivie par la Corinthie et les Shémites.
Des régiments entiers de mercenaires et de vassaux se rebellèrent et partirent vers leurs diverses terres natales, brulant et pillant sur leurs passages les possessions aquiloniennes ...


L'Obscurité ... puis l'Aube ( 9.500 ap. JC )


Dans le sillage de l'effondrement de l'Empire Aquilonien, les hordes Hyrkaniennes chevauchèrent de l'Est
jusqu'au royaume de Turan. Hyrkaniens et Turaniens, unis sous un grand chef...

Sans armées aquiloniennes pour s'opposer à eux, ils étaient invincibles, et balayèrent d'abord
la Zamorie, ensuite Brythunie, l'Hyperborée et la Corinthie.

Ils envahirent ensuite la Cimmerie, traînant les barbares cimmeriens derrière eux; mais dans les vallées enneigées,
où la cavalerie Hyrkaniennes était moins efficace, les Cimmeriens se retournèrent contre eux et les lancèrent dans une retraite précipitée et
sanglante.

Les Pictes, pendant ce temps, s'étaient fait maitres d'Aquilonie, massacrant dans le processus quasiment tous ses habitants.

Seule la férocité des Pictes à stopper les Hyrkaniens enragés dans leur volonté
d'ajouter la Stygie à leur gigantesque empire.

La Nemedie, jamais tombée de mémoire d'homme, oscillait désormais entre l'Ouest et
l'Est lorsqu'une tribu d'Aesir voyagea vers le Sud, afin d'être
engagés comme mercenaires.

Durant ce moment, Grom, le chef Picte, dont l'ambition avait été le
début de cet ère de massacres, fut tué par Hialmar, un chef des Aesir Nemediens.
75 ans s'était écoulés depuis que Grom avait entendu pour la première fois les comtes d'Arus sur les terres de l'Ouest.

Suffisament longtemps pour qu'un homme vive, et bien assez pour
qu'une civilisation meurt ...


Pour une petite période, les Pictes et les Hyrkaniens se jaugèrent par dessus les ruines du monde qu'ils avaient conquis.

L'Age Glacial débuta, et beaucoup de tribus claniques du Nord furent déplacés vers le Sud par les champs de glaces mouvants.
La Nemedie, alors, devint un Royaume Nordique, présidée par les descendants des mercenaires Aesir.

Préssés par les marées nordiques, les Cimmeriens étaient en marche, détruisant d'abord le Gunderland, tranchant ensuite leur chemin à travers les terres Pictes pour enfin défaire les Nemediens du Nord et mettre à sac certaines de leurs cités.

Ils continuèrent vers l'Est, renversèrent une armée Hyrkanienne aux
frontières de la Brythunie.

En grandes difficultés, des hordes d'Aesir et de Vanirs déferlèrent vers le Sud, et le nouvel Empire Picte vascilla sous leurs coups.

La Nemedie était tombée, et les Nemediens du Nord, à demi civilisés, s'enfuirent avec leurs meneurs,
laissant derrière eux les cités dévastées de Nemedie.

Ces Nemediens dévastèrent l'arête du pouvoir Hyrkanien à Shem, en Brythunie et en Hyperborée, forçant les descendants
des Lemuriens à rebrousser chemin derrière la mer Vilayet.

Cependant, les Cimmeriens, s'aventurant vers le Sud Est des terres, mirent à bas l'ancien royaume Hyrkanien de Turan et s'installèrent près de la Mer Interieure.

Leur Empire de l'Ouest détruit, les Hyrkaniens massacrèrent les captifs inutiles et réduisirent les autres à l'esclavage, les traînant derrière eux alors qu'ils chevauchaient dans l'Est mystérieux.
Ils refirent surface des milliers d'années plus tard, sous les traits des Mongols, des Huns, des Tartares et des Turcs.

Pendant ce même temps, les Vanir aux cheveux de feu, s'aventurèrent en Stygie, où ils renversèrent les classes dirigeantes et érigèrent un vaste empire du Sud qu'ils appelèrent Egypte.
Les pharaons descendaient, par la suite, en fait, des Vanir.

Le Monde de l'Ouest était désormais dominé par les barbares
nordiques. Il y avait peu de cités; les Hyboriens, jadis dominants, s'était volatilisés de la planète, laissant quelques gouttes de sang chez leurs conquérants.

Avec le temps, la glorieuse Histoire Hyborienne fut oubliée dans une brume de mythes et d'inventions ...

Finalement, une autre convulsion terrible de la Terre la déchira et, une fois de plus, elle sombra sous le chaos, tranchant les continents et modelant la forme que l'on
connait de nos jours.
D'énormes bandes de terre à l'Ouest furent totalement immergées, et les hautes montagnes de la Cimmerie, unique parcelle emérgée de la vaste Cimmerie donna naissance aux Iles Britanniques.

Une vaste mer, plus tard nommée Mediterranée, fut formée lorsque le grand continent Stygien se détacha du reste du monde.

Les territoires autour de la Mer Intérieure, qui se desséchait lentement, et les Nordiques se retirant sur ces terres vivèrent plus ou moins en paix avec les Cimmeriens déjà présents sur ces rives.

Dans l'Ouest, les descendants des Pictes, réduits à l'état de sauvages de l'age de pierre, prirent possessions des terre jusqu'à ce que, beaucoup plus tard, ils furent renversés par les Cimmeriens et les Nordiques qui venaient s'installer dans l'Ouest.

De cette charge vers l'Ouest résulta une population grandissante qui s'installa à l'Ouest de la Mer Intérieure, plus tard appelée Mer Caspienne; celle ci s'était de beaucoup réduite, et forçait par conséquent beaucoup de gens à émigrer.

Connues à présent comme Aryennes, ces tribus se déplacèrent dans les zones maintenant appelées Inde, Asie Mineur et une partie de l'Europe.
Certaines variations, bien sûr, de ces fils primitifs d'Aryens sont encore reconnus aujourd'hui; d'autres ont été depuis longtemps oublié.

Les Nemediens des légendes irlandaises sont en fait les Aesir Nemediens; les gaëliques, ancêtres de Irlandais et des Ecossais des Highlands sont issus, en vérité, des clans Cimmeriens purs.

Les antiques Summeriens était un mélange entre Hyrkaniens et Shémites, et la branche pure des Shémites donna naissance aux peuples Arabes et Israélites.

Les origines de autres "races" du monde moderne peuvent être retracées de manière similaires; mais dans presque tout les cas, plus agée que ce qu'ils ne pensent, leurs Histoires les replongent dans les brouillards mystérieux de l'âge oublié, de l'Âge Hyborien.

Source : http://hyboria.xoth.net/history/hyborian_age.htm

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Age of Conan ?

801 aiment, 362 pas.
Note moyenne : (1309 évaluations | 180 critiques)
6,4 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Age of Conan: Unchained
(883 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

1027 joliens y jouent, 4271 y ont joué.